Pages

29/01/2011

ANOTHER YEAR


Le fil se déroule, printemps, été, automne, hiver. Le temps passe, lentement; il consolide les couples de longue date tandis que d'autres s'enfoncent toujours davantage dans leur solitude. Autour de Tom et Gerry gravitent les 'maillons faibles' de la société, ceux qui peinent à trouver leur pair: leur propre fils, Mary, une collègue de bureau originale et légèrement envahissante, ou encore Ken, l'ami un peu rustre. Chacun court après l'autre, qui court après l'autre, qui court après une autre, ironiquement. Jusqu'au jour où le fils présente une compagne à ses parents. Les saisons s'enchaînent, Mary devient de plus en plus parasite pour le vieux couple uni et serein, et gênante pour nous aussi. Elle fait mine de s'accommoder de la situation, lève son verre à la vie. En réalité, elle reste là, sur le banc, à regarder d'un air envieux le bonheur des autres, forcée de constater qu'elle n'a, elle, personne avec qui partir en vacances. Mike Leigh nous livre des bribes de vie partagées entre amis, collègues et parents, où les simples joies se mêlent aux épreuves les plus douloureuses. Un reflet pas forcément agréable de l'existence et du monde, un monde où il faut essayer, tant bien que mal, de trouver sa place.

27/01/2011

SKINS US

Skins version US ne sera certainement pas la série de l'année, mais tout au mieux un remake un peu terne de son grand frère British. - du moins c'est ce que laissent envisager les premiers épisodes.
Là où Skins US marque toutefois un point, c'est tout de même sur la B.O., jusqu'ici prometteuse et explosive.


  
A écouter aussi:
- "Not gonna let you" par Randa & the soul kingdom
- "My girls" de Animal collective.

26/01/2011

SOMEWHERE

Arnaque ?! J'ai hésité longtemps, mis deux semaines à me décider parce que je pressentais le navet mais voyez-vous, lorsque j'ai prévu de voir un film, quand bien même les critiques sont plutôt mauvaises, je suis généralement du genre à vouloir me faire mon propre avis sur la chose. Surtout un Sofia Coppola. (Bon, parfois je ferais mieux de m'abstenir.)
Que dire ? Les trois premiers quarts d'heure sont chiants à mourir; ce n'est pas seulement lent, c'est aussi vide: on ne ressent rien. On songe à appuyer sur marche accélérée, ou même à quitter la salle (mais bon, on a payé sa place... et on n'a toujours pas eu droit à I'll try anything at once des Strokes qu'on nous avait promis dans la bande-annonce, alors on se rassoit et on attend.) On finit par rire du pathétique des dialogues et de certaines scènes, de leur volontaire ironie ou absurdité.
Et puis, le film décolle (enfin) dans la dernière demi-heure - ou peut-être qu'on n'attend tellement plus rien qu'on est agréablement surpris par quelques instants lumineux. La scène de la piscine, et puis celle où Johnny joue du piano à sa fille, dans une pièce à la lumière tamisée. Quelque chose se passe chez lui tout à la fin, qui est plutôt intéressant, voire touchant. C'est malgré tout un peu juste pour en faire un film à voir et à conseiller. Même Elle Fanning, annoncée prometteuse, m'a déçue. Sofia Coppola se serait-elle cette fois moquée de nous? J'avais aimé ses trois premières réalisations; Lost in Translation figure même parmi mes films préférés. Lui aussi fait dans la lenteur, à la seule différence que les silences disent encore quelque chose.
Peut-être, après tout, qu'il faut être un peu « égaré » pour pénétrer le cinéma de Sofia Coppola: ce que j'étais à l'époque où j'ai découvert Virgin Suicides ou Lost in Translation... mais que je ne suis plus aujourd'hui. La réalisatrice n'a, elle, visiblement pas envie de grandir.
Conclusion: si vous êtes d'humeur mélancolique... ou alors si êtes passionné(e) de courses automobiles/ avez un goût particulier pour l'ambiance chambre d'hôtel/ aimez voir Stephen Dorff se balader en serviette de bain, courez. Autres cas d'espèces, passez votre chemin.


 (Ou réécoutez de bons classiques)

18/01/2011

INCENDIES

« La mort n'est jamais la fin d'une histoire,
il reste toujours des traces. »



INCENDIES est une quête haletante, un long périple pour braver les secrets, rassembler les morceaux épars et réécrire l'histoire d'une famille.
Tout commence chez un notaire au Canada. Deux jumeaux, Jeanne et Simon, y apprennent les dernières volontés de leur mère, Nawal Marwan. Un testament bien mystérieux qui les mènera jusqu'au Moyen-Orient, dans les villages les plus reculés et déserts, où seule s'agite encore la fumée de l'incendie. D'un lieu à l'autre, de rencontre en rencontre, Jeanne tente de mettre en ordre les évènements pour avancer sur les traces de sa mère, de son père et d'un frère jusqu'alors inconnu.
Après une scène d'ouverture somptueuse sur You and whose army? de Radiohead, le film oscille, avec esthétisme et habileté, entre quête présente et retours en arrière, et rappelle finalement combien déterrer le passé peut s'avérer difficile et douloureux – « Il vaut mieux parfois ne pas tout savoir » dira le surveillant de Kfar Dyat. Mais peut-être est-ce le prix à payer pour vivre en paix avec soi-même.

Film canadien de Denis Villeneuve, adapté de la pièce du libanais Wajdi Mouawad parue en 2003.

04/01/2011